menu

formulaire de contact et inscription
Coordonnées
Qui sommes-nous?
Norvege
Suede Suede
Danemark Danemark
Finlande Finlande
Pays Baltes Pays Baltes
Russie Russie
Islande Islande
Groenland Groenland
Spitzberg Spitzberg
Québec
Canada
Canada
Alaska
Alaska
Antarctique / Arctique
Mongolie
Ecosse

Escapades romantiques
Offres promotionnelles
Tous nos week-ends
Noel & Nouvel An
Camping-Car
Conditions de vente
Avant de partir
Avis & témoignages


TERRE DE FRANCOIS JOSEPH, NOUVELLE ZEMBLE, ÎLE SOLOVKI
Voyage Croisière arctique - 14/15 jours

Voilà un endroit pour voyageurs avertis, fascinés par les immenses espaces russes. Au-delà de la Nouvelle-Zemble, entre les limites été et hiver des packs glaciaires, par plus de 80° Nord, au nord-est du Spitzberg, L'archipel François-Joseph est situé au nord de la plaine de Sibérie Occidentale Russe, en plein Océan Glacial Arctique. L’archipel comprend 191 îles, dont 83% sont couvertes de glace toute l’année ; c’est le territoire immaculé, blanc, des ours polaires, des morses et d’une grande variété d’oiseaux arctiques ; seuls quelques rares explorateurs de la fin du XIXe siècle l’ont parcouru, parfois au péril de leurs vies et des scientifiques ont mis en valeur par leurs travaux. Cette croisière polaire vous amène aussi à travers la mer Blanche vers l’archipel de Solovki. Connu des occidentaux essentiellement pour son goulag des années 30, baigné par la Mer Blanche, l'archipel russe de Solovki a su depuis réhabiliter son image : la spiritualité qui s'en dégage est aussi puissante que celle de Kiji (ou Kizhi) sur le Lac Onega ou de Valaam sur le Lac Ladoga, situés en Carélie russe au nord de Saint Pétersbourg. Certainement beaucoup moins touristiques que Kiji ou Valaam, peut-être à cause d'un accès plus compliqué à gérer, les îles de Solovki ont une image forte aux yeux de l'intelligentsia russe et chez les dissidents. Au-delà de l'architecture orthodoxe, de l'intérêt historique et sociologique de ce lieu, ce voyage est aussi un magnifique récit de lumière du Nord et de nuits blanches, tant recherchées par les photographes.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS (pdf)


DEPART : EN PROGRAMMATION POUR 2016


J1. Mourmansk

Arrivée à Mourmansk, installation à l’hôtel.

J2. Mourmansk

Petit déjeuner. Départ pour tour de ville de Mourmansk, la plus grande ville au monde au-dessus du cercle polaire. Ne cachons rien, la ville n’a rien de Saint-Pétersbourg, rien de Moscou, elle est de loin à clamer sa singularité. Stratégiquement importante par sa position géographique, la ville dispose d’un immense port où des navires marchands se succèdent. La Flotte atomique des brises glaces de la Fédération de la Russie a aussi son adresse dans les faubourgs de Mourmansk, enfin la Flotte du Nord du Ministère de Défense, y compris, ses sous-marins nucléaires, est basée ici. Mourmansk est une ville jeune, fondée seulement en 1915. Autant de dire que son histoire est entièrement rattachée au passé soviétique de la Russie. De ce fait, les symboles sont nombreux, un véritable voyage dans le temps. Dans l’après-midi, embarquement à bord du navire et départ.


J3. Mourmansk – Mer de Barents

Petit déjeuner à bord. Cette journée vous permettra d’aller à la découverte de votre bateau. Vous participerez obligatoirement à un briefing complet sur l’utilisation des matériels de sécurité, les consignes et les normes à respecter afin que vous soyez totalement autonome, vous serez présenté aux membres d’équipage, personnel d’expédition. Dans la soirée, le cocktail du capitaine et dîner.

J4. Mer de Barents –Terre François Joseph

Petit déjeuner à bord. Aujourd’hui vous apprendrez beaucoup sur l’histoire de l’Archipel de François Joseph, sur sa phone et sur sa fleure. Abandonnées à leur triste sort après l’effondrement de l’Union soviétique, les terres arctiques sont de nouveau au centre de toutes les attentions. En effet, l’Arctique est devenue un théâtre des enjeux stratégiques importants des grandes puissances. Depuis quelques années la terre de François Joseph fait partie du symbole de la reconquête russe de l’Arctique. La Terre de François Joseph a désormais le titre du Réserve naturelle d’état « Rousskaya Arktika » (Arctique russe). Ces terres austères cachent des nombreux mystères archéologiques, géologiques, botaniques et la biodiversité attire de plus en plus des scientifiques internationaux.
C’est aujourd’hui que vous approcherez l’archipel François Joseph ; les officiers marins surveilleront en permanence la mer pour vous prévenir de l’apparition de baleines ou vous informer de tout phénomène qui pourrait vous intéresser.

J5. La Terre François Joseph / L’île Nordbrook

Petite déjeuner. Aujourd’hui, il est prévu de débarquer au Cap Flora de l’île Nordbrook, découverte en 1880 par Lee Smith : c’est là qu’il fut obligé de passer l’hiver après que son navire, à moteur vapeur, se soit fait écraser par la glace. L’expédition suivante, dite de Jackson, en 1894-1897, fut la plus importante scientifiquement parlant et vous pourrez voir les ruines du village que l’explorateur construisit sur l’île. Les falaises sud de l’île abritent de nombreuses colonies d’oiseaux de mer, dont les mouettes tridactyles, renforçant l’impression d’immensité boréale. Cet endroit est très fréquenté par les ours polaires, tandis qu’au large passent les bélugas, les narvals et baleines blanches.


J6. La Terre François Joseph / la baie Tikhaya, le rocher Rubini, l’île Tchamp (Champ, eng)

Petit déjeuner à bord. Dans lamatinée, l’équipage traversera la baie Tikhaïa (Silencieuse) et tentera de s’approcher de l’île Hooker, connue pour son ancienne station polaire abandonnée, ses roches Rubini et son impressionnante colonie d’oiseaux. Là, il ne reste plus qu'une quinzaine de baraques de bois - bâtiments et abris de chiens de traîneaux - disséminées entre la mer et le contrefort d'une falaise. La glace a envahi les dernières traces de ce qui fut, autrefois, le site d'une longue épopée scientifique et le silence est à peine troublé par le clapotis des vagues sur une grève de galets. La vocation scientifique de Tikhaïa est ancienne. Dès 1913, les premières recherches furent lancées par Seidorf et par la suite, nombre de scientifiques viendront temporairement occuper l'île pour y mener leurs travaux de climatologie. En 1937, l'installation de la première station de radio marque le début du développement de la base où travailleront d'illustres scientifiques. La station est abandonnée par les scientifiques depuis 1957 : on considérait alors que le climat très privilégié de Tikhaïa n'était pas représentatif de celui de l'ensemble de l’archipel. Et surtout, en cette période de guerre froide, la base présentait un tout autre intérêt, celui d’être est transformable en un lieu stratégique et militaire.
Dans la soirée, on va essayer de débarquer sur l’île Tchamp, au centre de l’archipel. Connue pour la beauté de ses falaises et par ses « coupoles de glaciers » rappelant un collier en pierres de lune, ses sommets enneigés sont les plus hauts de l’archipel. Vous observerez une curiosité géologique unique, des blocs de pierre présentant une forme sphérique parfaite, mais ayant jusqu’à 3 mètres de diamètre. De plus, l’île accueille une grande colonie d’oiseaux, notamment, des Grands labbes y sont nombreux.

J7. La Terre François Joseph /l’île Hall, le cap Tegetthoff

Dans la matinée, on prévoit le débarquement sur l’île de Hall. Le cap Tegetthoff est un symbole de l’archipel avec ses formations rocheuses pointues. En 1873, les autrichiens Payer et Weyprecht à bord du navire Tegetthoff découvrirent une terre inconnue qu’ils baptisèrent du nom de l’empereur d’Autriche, la «Terre de Kaiser François Joseph Premier». La première île de l’archipel aperçue par les marins était l’île de Halle, fascinante par ses immenses roches glacières enfoncées dans la mer comme des nageoires géantes de requin ou de l’épine dorsale d’un monstre marin.
La navigation continue en direction de la Nouvelle Zemble.

J8. La Nouvelle Zemble, les îles Severnie (les îles du Nord), le cap de Vœux (Baie Russe)

Entre mer de Barents et mer de Kara, la Nouvelle-Zemble (Novaïa Zemlia, littéralement «Nouvelle Terre»), constitue un territoire singulier mais méconnu de l’Arctique qui se compose de deux îles principales, Severny (au nord) et Ioujny (au sud). L’ensemble est bordé à l’ouest par la mer de Barents et à l’est par la mer de Kara. La superficie totale de l’archipel est d’environ 90.650 km². La Nouvelle-Zemble est en fait la prolongation géologique de la chaîne de l’Oural. Elle forme donc un relief particulièrement montagneux mais qui n’excède toutefois pas 1.570 mètres d’altitude. Si Severny est recouverte de nombreux glaciers, Ioujny offre davantage un paysage de toundra. Il n’y reste actuellement qu’une centaine d’autochtones Nenets, vivant encore principalement de la pêche, de la trappe et de la chasse à l’ours blanc ou au phoque. Beaucoup d'espèces animalières ont leur place dans le "Livre Rouge”, d'animaux protégés. L’Archipel de la Nouvelle Zemble reste toujours le territoire fermé, la majore partie de l’Archipel est sous haute surveillance du Ministère de défense.
Si le temps le permet, nous allons débarquer au cap de Vœux des îles du Nord. Le but est de voir le glacier et le reste de la station scientifique fermée en 1994.

J9-10. En mer de Barents



J11. La mer Blanche/ l’Archipel Solovki ou les îles Solovetskie (Patrimoine de l’Humanité UNESCO)

Connu des occidentaux essentiellement pour son goulag des années 30, baigné par la Mer Blanche, l'archipel russe de Solovki a su depuis réhabiliter son image : la spiritualité qui s'en dégage est aussi puissante que celle de Kiji (ou Kizhi) sur le Lac Onega ou de Valaam sur le Lac Ladoga, situés en Carélie russe au nord de Saint Pétersbourg.
Dans l’après-midi, une grande excursion pédestre pour découvrir l’histoire et l’architecture du lieu. Fondé en 1436, le monastère de Solovki, appelé aussi Solovetsky, devient un centre culturel et spirituel important du Nord russe et défend farouchement la foi orthodoxe en s’opposant à la réforme de 1650 qui tentait d’unifier les traditions orthodoxes russes et grecques. Tout en étant centre religieux, le monastère de Solovki était aussi une forteresse, un poste frontière qui a subi plusieurs attaques étrangères. L’histoire du monastère Solovetsky retrace l’histoire de la Russie : orthodoxie, monarchie tsariste, le passé soviétique avec le goulag etc.
Dans la soirée, temps libre pour s’imprégner de ce lieu mythique.

J12. La mer Blanche/ l’Archipel Solovki ou les îles Solovetskie l’île Zayatchy (île à lièvres)

Petit déjeuner, navigation vers l’île Zayatchy pour découvrir les labyrinthes en pierre, de tombeaux de la première civilisation nordique datant d’avant J.C. mais aussi la chapelle de Saint-André et l’un de premier port russe.
Dans la soirée, navigation vers Arkhangelsk.

J13. Arkhangelsk

Arrivée dans la soirée, fin de navigation, installation à l’hôtel.


J14. Arkhangelsk

Petit déjeuner à l’hôtel. En fonction de votre heure de départ, possibilité de visiter le musée en plein air dont l’architecture en bois « Malie kareli » rappelle le musée de « Taltsy » à Irkoutsk. Le musée « Malie Kareli » est le plus grand musée de ce type en Russie. Il occupe 140 hectares et abrite plus de 100 constructions (les plus récentes datent du 16-17 siècles): églises, chapelles, moulins, izbas, bania (sauna russe)…L’ambiance très particulière vous permet de découvrir la culture et les traditions des Pomors.
Transfert à l’aéroport.